L’OBSERVATOIRE MAROCAIN DES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

OYOUNE NISSAIYA

Fondé en Mars 2006, l’observatoire Oyoune Nissaiya est un mécanisme spécialisé d’observation des violences faites aux femmes au Maroc, constitué d’une alliance d’associations marocaines qui luttent contre les violences à l’égard des femmes

L’action de l’observatoire s’inscrit dans le cadre du mouvement de lutte contre toutes les formes de violence à l’égard des femmes, pour le respect des droits humains des femmes, et la promotion de la culture de l’égalité dans la société marocaine.

L’observatoire a basé son action principale sur le recensement, la collecte et l’analyse des informations concernant les violences à l’égard des femmes, et les stratégies établies au Maroc pour faire face à ces violences.

Géré par un comité national représentant dix associations fondatrices, qui ont accumulé des expériences dans la lutte contre les violences de genre, l’observatoire fonctionne avec des procédures de coordination et de partenariat qui sont basées sur les principes de la démocratie et de la transparence.

OBJECTIFS

  • Contribuer à augmenter la participation de la société civile au Maroc dans le processus de collecte, analyse et documentation des violences fondées sur le genre.
  • Faciliter l’accès à l’information sur les violences et les discriminations fondées sur le genre aux acteurs locaux et au grand public.
  • Renforcer la coordination entre les associations marocaines pour mener un plaidoyer qui vise l’instauration et la mise en œuvre d’une politique de lutte contre les violences de genre.

Activités

  • Etablir une base de données sur les violences de genre et les mesures mises en place pour l’affronter au Maroc.
  • Mettre en place un fond documentaire spécialisé mis à la disposition des acteurs associatifs, des médias et des chercheurs.
  • Réaliser des rapports et des études sur les violences contre les femmes.
  • Publier et diffuser des dépliants, brochures, guides, et livres.
  • Publier et diffuser le bulletin de liaison « Nissaiyates ».
  • Organiser des réunions de concertation et de collaboration avec les acteurs sociaux et politiques dans les différentes régions du Maroc.
  • Organiser des débats sur la violence de genre et des sessions de formation pour les intervenants et intervenantes associatifs.
  • Organiser des rencontres pour diffuser les informations collectées par l’Observatoire sur le vécu de la violence et les politiques nationales et internationales.

Valeurs et principes de OYOUNE NISSAIYA

L’Observatoire Oyoune Nissaiya travaille sur la base des valeurs suivantes :

  • Respect des droits humains des personnes.
  • Égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines de la vie publique et privée.
  • Justice pour tous et toutes.
  • Respect de la différence et de la diversité.
  • Transparence au niveau de la communication et méthodes de gestion.
  • Démocratie dans la gestion interne et dans la prise des décisions.
  • Autonomie par rapport au gouvernement et aux partis politiques.

Partenaires et sources d'information

L’Observatoire Oyoune Nissaiya ne peut agir que dans le cadre de relations de collaboration et de partenariat avec les différents acteurs et institutions concernés, tels que :

  • Associations et centres d’écoute pour femmes victimes de violences.
  • Organisations et réseaux nationaux et internationaux qui œuvrent dans le domaine de lutte contre les violences de genre.
  • Institutions d’éducation et d’enseignement et de santé publique.
  • Cellules et structures spécialisées au sein des institutions de l’État.
  • Centres de documentation, de recherche et d’information sur la réalité et les mécanismes de protection des droits des femmes.

OYOUNE NISSAIYA

STATISTIQUES

Données du 9ème rapport annuel de l'Observatoire des droits des femmes 2017.

En 2016, 4603 femmes victimes de violence ont brisé le silence en se tournant vers certains centres d’écoute. Parmi elles, six ont perdu la vie. La plupart étaient jeunes, âgées de 18 à 38 ans (64,48 %). 155 étaient âgées de moins de 18 ans, et 37 avaient plus de 60 ans. Elles étaient principalement des femmes pauvres, vivant dans des conditions de logement inappropriées :

  • 38,93 % vivaient dans des logements précaires.
  • 60,03 % ne disposaient pas de ressources financières indépendantes.
  • 16,50 % travaillaient, et 9,01 % étaient employées domestiques.

Une grande partie était mariée (54,87 %) et mères d’enfants (90,27 %), dont certaines avaient plus de six enfants (4,28 %). Cependant, elles ne vivaient pas dans un logement familial indépendant, mais avec la famille de leur conjoint ou conjointe (42,88 %).

0

Femmes victimes de violence se sont dirigées vers certains centres d'écoute

0

Actes de violence, selon l'Observatoire des droits des femmes.

0

Les actes de violence psychologique se sont élevés à 6039, représentant 41,01 % du total.

Fondements, principes et valeurs

  1. Droits universels : Nous nous appuyons sur les droits universels comme base fondamentale pour aborder le problème de la violence contre les femmes.
  2. Égalité des genres : L’égalité entre les genres est le principe déterminant pour nos positions, programmes et activités, caractérisant ainsi la participation civile des associations et réseaux d’associations.
  3. Engagement féministe : Nous adhérons au mouvement féministe progressiste, militant pour une société démocratique et moderniste garantissant la dignité des citoyennes et citoyens sur la base de l’égalité.
  4. Indépendance décisionnelle : Nous veillons à l’indépendance dans la prise de décisions, vis-à-vis des partis politiques, du gouvernement et des organisations internationales donatrices.
  5. Démocratie et transparence : Nous accordons de l’importance au respect de la démocratie interne, à la transparence, ainsi qu’aux principes et règles de la bonne gouvernance des associations et de l’Observatoire.
  6. Participation et concertation : Nous adoptons les principes de la participation et de la concertation au sein des associations partenaires et dans les relations entre les composantes de l’Observatoire, pour tout ce qui concerne les positions, les choix et les activités.
  7. Engagement continu : Nous participons activement à toutes les activités de l’Observatoire en accompagnant, en étant présents et en respectant les engagements relatifs à la réalisation des programmes.
  8. Résolution des différends : Nous privilégions le dialogue comme moyen de régler les différends internes.
  9. Promotion du projet : Nous nous engageons à promouvoir le projet à l’intérieur du Maroc (dans les régions) et à l’étranger (rencontres internationales, etc.).
  10. Respect des règlements : Nous respectons les règlements internes de l’Observatoire et les décisions prises par ses instances dirigeantes.

Structures, organisation et gestion de l’Observatoire OYOUNE NISSAIYA

  1. L’Observatoire Oyoune Nissaiya regroupe des associations féministes et de droits humains, ainsi que des personnes ressources ayant approuvé sa charte et s’engageant à participer à la réalisation de ses objectifs.
  2. L’Observatoire est dirigé par une instance comprenant les membres délégué(e)s par les associations membres et ayant les pouvoirs pour prendre les décisions concernant la gestion de l’Observatoire et la mise en place de ses plans d’action.
  3. Les critères d’éligibilité à cette instance sont les domaines d’intervention de l’association, l’expérience de l’association et sa relation de collaboration avec les intervenant/es dans l’environnement associatif et institutionnel régional, le partage de valeurs et de l’approche droits humains, ainsi que l’engagement et l’implication de l’association dans l’action de l’Observatoire.
  4. L’Association Marocaine pour les Droits des Femmes (AMDF) coordonne et supervise la réalisation du plan d’action de l’Observatoire.
  5. L’instance dirigeante se réunit une fois tous les trois mois et chaque fois que nécessaire, à la demande de l’association coordinatrice, pour faire le suivi des activités de l’Observatoire et pour consolider ou recadrer le(s) plan(s) d’action.
  6. Toute association faisant partie de l’instance dirigeante désigne une représentante qui sera dûment chargée des activités de l’observation et de la participation à l’élaboration de son rapport annuel.
  7. Les associations appartenant à l’Observatoire peuvent élaborer un programme et réaliser des activités parallèles complétant le plan d’action de l’Observatoire. Elles peuvent rechercher des financements à l’échelle locale, nationale ou internationale pour mettre en œuvre les activités en partant du projet même, de façon à consolider leurs capacités et à aider à aboutir aux résultats attendus de l’Observatoire.